Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Début du vol de pyrales, il est temps de lâcher les trichogrammes !

Début du vol de pyrales, il est temps de lâcher les trichogrammes !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

VOTRE CONSEIL MINUT'AGRO

 

« Maïs - Lutter contre la pyrale »

Conseil collectif - Bulletin n°39 - Juin 2019

 

 

Diagnostic : début du vol en Isère

Les premiers papillons de pyrales du maïs de la saison ont été piégés dans la Drôme et dans l’Ain.

Plusieurs vols peuvent être observés dès le mois de mai et parfois jusqu’à fin août. Les larves peuvent causer de fortes pertes de rendement par perforation et forage des tiges, ce qui :

  • Impacte l’alimentation de la plante, le remplissage et diminue le PMG
  • Occasionne la verse de la culture par casse des tiges

Les risques de dégâts de pyrale sont accrus en cas de monoculture de maïs, non labour, résidus non broyés laissés en surface. Certains secteurs géographiques sont également plus fortement touchés. Ainsi, les parcelles situées dans des zones impactées par la pyrale l’année dernière sont à risque. Si ces parcelles étaient déjà en maïs l’an dernier et que les résidus n’ont pas été broyés finement, le risque est accru.

 

Préconisations : posez vos trichogrammes maintenant

La lutte contre les larves est impossible une fois qu’elles sont protégées dans les tiges de maïs. La protection s’établit donc en amont et vise les papillons et les pontes. 2 méthodes existent :

  • La lutte chimique insecticide, positionnée au pic de vol et visant à détruire un maximum d’adultes, pour limiter les pontes
  • La lutte biologique, par les trichogrammes, visant à détruire les pontes avant que les larves éclosent et pénètrent dans les tiges

 

Les trichogrammes permettent de contenir des attaques modérées de pyrales avec un niveau d’efficacité comparable aux traitements chimiques. Cet hyménoptère pond directement dans les larves de pyrale et limite ainsi de manière importante leur prolifération même en situation de forte pression.

 

Les diffuseurs s’accrochent aux feuilles à raison de 25 à 50 par hectare selon les modèles.Ils contiennent des larves à différents stades qui permettent de couvrir l’ensemble du vol de pyrales. La population fille de trichogrammes prend ensuite le relais sur la fin de saison. Les diffuseurs doivent être posés dès le début du vol car l’objectif est de détruire les œufs au fur et à mesure des pontes.

 

Les trichogrammes survivent difficilement à l’hiver, les lâchers doivent donc être répétés chaque année.

La lutte est plus efficace si elle est gérée à l’échelle de plusieurs parcelles et en collectif.

 

Contact : Chloé Baranowski - conseillère agronomie-environnement -06 98 79 74 66

 

Source : Arvalis

Ce bulletin est rédigé d’après le Bulletin de Santé du Végétal Grandes

Cultures numéro 15, consultable sur le site de la DRAAF Rhône Alpes :

draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr

 

 

Rédacteur : Chambre d’Agriculture de l’Isère – 40 avenue Marcelin Berthelot – CS 92608 – 38036 Grenoble Cedex 2

La Chambre d’Agriculture de l’Isère est agréée par le Ministère chargé de l’agriculture pour son activité de conseil indépendant à l’utilisation de produits phytosanitaires : Agrément n° IF01762 ;

Ce bulletin vous propose un conseil collectif qui reste à adapter à chaque situation locale dans le respect des bonnes pratiques agricoles phytosanitaires et des conditions d'application optimales. Dans tous les cas, l'utilisation des produits phytosanitaires doit se conformer aux informations mentionnées sur l'étiquette qui ont valeur légale »

Si aucune alternative à l'utilisation de produits phytosanitaires n'est proposée, ce qu'il n'existe pas de connue suffisamment pertinente à ce stade, pour la situation décrite.