Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Conseil Minut'Agro : Semis colza, comment optimiser le jour J ?

Conseil Minut'Agro : Semis colza, comment optimiser le jour J ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Consultez les préconisations de la Chambre d’Agriculture...


« Implantation des colzas»
Conseil collectif - Bulletin n°42 – Juillet 2019


Semis colza : comment optimiser le jour J ?

Quel mode de semis ?
En Isère les semis de colza se font principalement au semoir à céréales mais il est également possible d'utiliser un semoir monograine à disques.

Quelle densité ?
Les semis de colza sont fréquemment trop denses : le raisonnement de semer plus dense pour compenser une éventuelle perte de pieds future n'est pas adapté au colza. En effet, si les conditions sont favorables et que trop de pieds se développent, ils n'auront pas la place de ramifier correctement. Seules les tiges principales produiront alors des siliques et en cas d'aléa climatique sur celles-ci, il n'y aura pas de compensation possible. Une sous-densité est également pénalisante, surtout en sol à faible potentiel.
L'idéal est de viser 25 à 35 plantes par m² en fin de levée. La dose de semis est alors à adapter en fonction du sol et du mode de semis :

Quelle profondeur ?
La profondeur de semis est à raisonner au dernier moment, en fonction de l'humidité du sol :

  • En conditions optimales d'humidité, semer à 2 cm
  • Si la surface est sèche, mais que la fraîcheur se trouve à 3-4 cm de profondeur, semer à 4 cm dans la zone fraîche
  • Si le sol est sec sur 5 cm et plus, seule une pluie significative permettra la germination
    • Si une pluie de 10 mm ou plus est annoncée, positionner la graine à 2 cm pour qu'elle en bénéficie
    • Si aucune pluie n'est annoncée : semer à 4 cm pour attendre une pluie significative qui permettra la germination
    • Le risque en positionnant la graine superficiellement est qu'elle germe suite à une légère pluie puis dépérisse dans le sec

Comment préparer la suite ?

  • Azote : assurer une bonne alimentation jusqu'à l'hiver
    Tous les essais de Terres Inovia montrent qu'une biomasse importante en entrée d'hiver avec une croissance continue durant l'automne limite très fortement les dégâts de ravageurs. Pour limiter le risque d'une faim d'azote pénalisant la croissance, un apport d'engrais « starter » peut être réalisé au semis. Viser un maximum de 10 unités d'azote si l'apport est localisé ou 30 unités pour un apport en plein. Attention, en zone vulnérable, tout apport d'azote minéral sur colza devra être fait avant le 31 août.
    Un apport de lisier ou de fientes de volailles au semis pourra être bien valorisé si les conditions météo le permettent. Un apport d’azote ne compensera cependant pas une mauvaise implantation ou une sécheresse ! De plus, certains sols sont déjà suffisamment fournis en azote. Veillez à prendre en compte vos analyses de reliquats et l’historique des parcelles.
  • Méligèthes, introduire une variété ultra précoce
    C’est également dès le semis que l'on peut limiter fortement les risques de dégâts de méligèthes au printemps. L’introduction de 10% d’une variété ultra précoce (ES Alicia)à floraison, en plus de la dose de semis habituelle de la variété classique, peut permettre de contenir des attaques faibles à modérées. Peu coûteuse et permettant d’atteindre les mêmes rendements, cette technique est susceptible d’éviter un traitement insecticide au printemps et devrait être utilisée en routine.
  • Désherbage, de nouvelles opportunités en post-levée
    Lorsque la pression graminées est faible et les conditions climatiques non adaptées pour assurer l'efficacité des produits racinaires, le choix de la post levée peut être gagnant. De nouveaux produits mis sur le marché vont permettre d’adapter le programme à la flore et d’en améliorer l’efficacité.

Rédacteurs : Ophélie Boulanger 06 74 94 75 93 – Yann Janin 06 69 13 03 83

Source : Terres Inovia

Rédacteur : Chambre d’Agriculture de l’Isère – 40 avenue Marcelin Berthelot – CS 92608 – 38036 Grenoble Cedex 2
La Chambre d’Agriculture de l’Isère est agréée par le Ministère chargé de l’agriculture pour son activité de conseil indépendant à l’utilisation de produits phytosanitaires : Agrément n° IF01762 ; Ce bulletin vous propose un conseil collectif qui reste à adapter à chaque situation locale dans le respect des bonnes pratiques agricoles phytosanitaires et des conditions d'application optimales. Dans tous les cas, l'utilisation des produits phytosanitaires doit se conformer aux informations mentionnées sur l'étiquette qui ont valeur légale » Si aucune alternative à l'utilisation de produits phytosanitaires n'est proposée, ce qu'il n'existe pas de connue suffisamment pertinente à ce stade, pour la situation décrite.